Carmelo SCARNA : "Nous avons envie d'accepter cette qualification en Euroleague !"

09 juin 2022

Notre Président Carmelo Scarna dresse le bilan de la saison qui vient de s'achever et se projette sur la suivante.

 

Alors Carmelo, comment qualifieriez-vous cette saison 2021-22 ?

Magnifique cette deuxième place de la saison régulière, le meilleur classement de l’histoire de l’ESBVA et cette qualification pour disputer l’Euroleague et d’être parmi les 16 meilleures équipes d’Europe, c’est gratifiant et valorisant.

Les titres de champion de France en 2017 et de vainqueur de l’Eurocup 2015 ont marqué à jamais l’histoire du club et sont pour toujours dans son palmarès. Avec cette deuxième place, la saison est belle avec cette qualification en Euroleague elle est magnifique avec les clubs qui sont maintenant dans le championnat, on a le 6ème budget du championnat, c’est une réelle performance. Rachid Meziane et Tonio De Barros ont tiré de la plus belle des manières, la quintessence de leur groupe. Félicitations à eux.

 

Pourtant, tout n’avait pas commencé pour le mieux ?

En effet, nos 2 recrues majeures, Sami Whitcomb (problèmes personnels) et Damiris Dantas (pied cassé) ne sont jamais arrivées. Jolene Anderson, de retour au club, est donc venue en pigiste puis a joué la saison complète... Et nous avons pris Jillian Harmon jusqu’à décembre, une top coéquipière, bonne défenseuse mais on voulait quelqu’un qui puisse apporter plus offensivement contre les grosses équipes. On a donc tenté un pari avec Olesia Malashenko qui revenait de blessure et qui était déjà préoccupée pour sa famille, elle a préféré repartir en Ukraine. Ensuite, nous pensions récupérer plus tôt et opérationnelle Djéné Diawara, son retour était prévu par le staff médical en septembre. Elle n’est revenue que très tardivement sans retrouver la totalité de ses moyens. En remplacement, nous avons eu le retour de Christelle Diallo en novembre qui a été déterminant pour stabiliser notre secteur intérieur.

 

Quels sont pour vous les moments marquants de cette saison 2021-2022 ?

Il y a en a beaucoup ! Tout d’abord, notre retour au PALACIUM après 2 saisons de rénovation avec des travaux portés principalement par la Ville de Villeneuve d’Ascq aidés par la MEL et la Région. Au début, les spectateurs sont revenus, progressivement, puis c’est l’accueil de l’équipe de France qui a été le point de départ pour reconquérir notre public. Depuis janvier, nous avons eu de nombreux matchs palpitants qui ont affiché complet avec une équipe qui a montré une force de caractère assez phénoménale.

Les nombreuses remontadas, face à Saint-Amand, (-15 pts à 21 min de la fin, face à Charleville -27 pts, encore à 21 min) sont dans toutes les mémoires. Notre dernier match de la saison régulière face à Basket Landes, où le vainqueur terminerait deuxième et donc une chance de se qualifier pour l’Euroleague, était phénoménal. La salle remplie avec près de 2 300 spectateurs, des Z’hurlants qui avaient, comme toujours, de la voix et un final exceptionnel, avec ce panier du milieu de terrain de Jo Gomis à la dernière seconde. Il n’y a que le sport pour procurer des émotions comme cela.

 

Justement Jo Gomis, pourriez-vous nous parler de son arrêt ?

Jo Gomis, numéro 9, 9 saisons au club. Une grande dame qui a incarné parfaitement les valeurs du club, sur et hors du terrain. Son panier à la dernière seconde de son dernier match de la saison régulière de sa carrière était extraordinaire. A cet instant, je n’étais pas le seul à être submergé par l’émotion. Nous avons souhaité lui rendre l’hommage qu’elle mérite lors du 1er match des playoffs contre Angers. Là encore, l’émotion, méritée, était palpable et partagée. Jo, qui a réalisé l’une de meilleure saison en termes de statistiques, a souhaité, alors qu’il lui restait un an de contrat, accepter un autre projet qu’elle ne se voyait pas laisser passer. Nous lui avons fait plusieurs propositions pour rester mais nous ne pouvions pas lutter. Elle mérite, après ses 9 saisons au club, qu’on ne la retienne pas malgré sa dernière année de contrat. Le numéro 9 ne sera plus porté à l’ESBVA-LM.

 

Pouvez-vous nous parler du profil de l’équipe de la saison 22-23 ?

Un mot sur les partantes ?

Tout d’abord, je remercie et félicite les joueuses qui ont porté nos couleurs cette saison et qui nous quitteront. Jolene Anderson que j’avais connu entre 2008 et 2010, elle est arrivée au pied levé et a accepté son rôle. Elle a été précieuse dans le rôle que lui demandait Rachid Meziane. Sandra Ygueravide, joueuse d’expérience qui nous a fait progresser lors de ces 2 dernières saisons. Aussi charmante hors du terrain que redoutable sur le parquet, très investie en tant que N°1 mondial en 3x3 avec l’équipe espagnole. Clarince Djaldi-Tabdi qui s’est révélée chez nous et qui est une véritable Guerrière. Nous aurions bien voulu la voir encore sous nos couleurs mais ça ne s’est pas fait. Elle jouera l’Euroleague avec Basket Landes. Jo donc, qui n’est pas remplaçable et au moment où elle s’est positionnée, c’était difficile de trouver une joueuse française de son rang dans son registre. Et nos 2 jeunes Binta Dramé et Hatoumata Diakité, qui ont été précieuses dans leur état d’esprit, chose rare à ce niveau pour être précisé et dans leur investissement au quotidien à l’entrainement. Après, elles n’ont pas eu beaucoup de temps de jeu, mais il est difficile pour un entraineur d’aller chercher des objectifs aussi élevés et intégrer beaucoup de jeunes. C’est bien pour cela qu’on va prêter pour une saison Binta à Strasbourg en Ligue 2 où elle aura des responsabilités et Hatoumata à nos amis de St Amand où elle pourra plus exprimer toute son potentiel.

 

Et celles qui restent ?

La jeunesse puisqu’on en parle, que dire de la progression de Janelle Salaun qui a passé un cap sous la houlette de Rachid à force de travail personnel impressionnant.  Elle aura un rôle important dans notre projet en re-signant 2 saisons dans notre club. Caroline Hériaud qui incarne parfaitement les valeurs de notre club, c’est une digne héritière des prestigieuses Guerrières. Elle et nous, avons bien fait de nous retrouver. Je suis sûr que la saison prochaine, elle passera, avec plus de responsabilités à la mène, un cap supplémentaire. Kariata Diaby qui sera la saison prochaine à 26 ans, la plus ancienne joueuse au club, elle entamera sa 4ème saison, 1 saison blessée avec sa sélection et 2 saisons pour retrouver son niveau d’avant sa blessure et maintenant à elle d’aller plus loin, elle en est capable, elle n’a pas atteint encore, loin de là, ses limites. Kariata est de plus devenue Française cet hiver. Christelle Diallo, dont le retour à la maison en cours de saison a été déterminant. Sa complémentarité avec Kariata sur et en dehors du terrain a été et restera un élément de notre réussite.

 

Celles qui arrivent ?

Rachid Meziane, Tonio De Barros, assistés du GM Christophe Vitoux, qui connait le basket de haut niveau, ont recruté avec l’enveloppe qui leur a été allouée, avec comme consignes la maitrise économique, la performance sportive et la pérennité du club.

La première recrue est Hind Ben Abdelkader, de retour au club. En effet, elle y avait joué en Minimes France.  Le fait de retrouver Rachid Meziane a été déterminant et on se félicite de cette signature. Elle apportera son expérience malgré son jeune âge et tout son talent. Ensuite, nous avions découvert Kamiah Smalls lors de nos confrontations en Eurocup contre Lublin, sa polyvalence en tant qu’ailière et meneuse, nous a convaincu de la signer chez nous. Elle peut être une révélation du Championnat. Ensuite, nous avons fait signer Maïa Hirsch, qui a découvert la LFB avec Charnay et qui a effectué une belle saison sur le plan personnel. A 18 ans, nous avons l’espoir de la voir progresser, à l’image de ce qu’on a pu réaliser avec Janelle Salaun. Nous sommes ravis d’accueillir Myriam Djekoundade, que nous suivons depuis nos confrontations contre Mondeville. Son abnégation, son talent et son appétence pour les missions défensives vont nous être précieux. Ensuite, nous avons fait signer une jeune joueuse au poste de meneuse qui sort du Pôle France, Manoé Cissé, qui, nous l’espérons, va, au contact de joueuses plus expérimentées, faire fructifier son talent. Nous sommes en train de finaliser avec une joueuse étrangère très talentueuse au poste 4. Nous disposerons alors d’une équipe que l’on espère performante avec les moyens qui sont les nôtres. Nous n’excluons pas de compléter à un moment ou un autre cet effectif, comme cela se passe chaque saison.

 

Comment voyez-vous la progression du club ?

Le club continue sa solide structuration. Nous étudions également la possibilité de passer du statut d’association en société. Notre Centre de Formation progresse sous la houlette de Kevin Fauchois, 1er de la saison en N2 et de la saison régulière en U20. Notre Académie des Grandes avec David Thiébaut commence à intéresser des réels potentiels. Nous avons recruté un kiné à plein temps, nous continuons de progresser. Les finances du club sont saines, nous remercions nos partenaires publics et privés du soutien qu’ils nous apportent et nous continuerons de gérer au mieux financièrement notre club, comme nous l’avons toujours fait, pour lui assurer sa pérennité. Cela grâce au travail de tous au sein du club sous la houlette du GM et de notre directeur commercial Maxime Dekeuster, nous permettant ainsi d’avoir un socle de partenaires qui ne cesse de progresser au fil des saisons.

 

Parlez-nous de cette qualification en Euroleague ?

Cette qualification en Euroleague est une reconnaissance du travail effectué depuis notre dernière participation il y a 4 saisons (2018-2019). Lors de celle-ci, nous l’avions subi et nous l’avions payé cher en championnat où nous avions manqué de descendre en Ligue 2. Si nous allions en Euroleague, il nous faudrait plus de moyens pour ne pas galvauder nos chances en Championnat. La saison prochaine, sur le territoire des Hauts-de-France, il y aura peu d’équipes qui disputeront également une Coupe d’Europe, toutes disciplines confondues. C’est dire qu’à l’aube des JO en 2024 où notre Région se veut base arrière, le sport de Haut-Niveau à l'échelle nationale et internationale, n’a pas pris toute sa place.

Nous avons besoin que les grandes entreprises nordistes soient plus en soutien des clubs régionaux.

Il est extraordinaire d’accueillir des compétions prestigieuses de renom (Coupe du Monde Rugby, Hand au JO, etc.) si durant toute l’année, nos jeunes sportifs du territoire peuvent également s’identifier à leurs équipes de cœur.

Nous avons envie d’accepter cette qualification en Euroleague, en ayant préalablement, échangé avec nos partenaires et ce afin de rapidement nous positionner.

Partenaires officiels