Stecy MONTABORD, le Cri du Cœur (Part. 4)

16 juillet 2020

Une sortie de l’INSEP vers un avenir meilleur mais une visite médicale en forme de coup de massue

Pari tenu puisqu’à la fin de sa dernière saison à l’INSEP, lorsqu’est venu la période de choisir une équipe dans laquelle elle allait découvrir le monde professionnel, 3 propositions s’offrait à elle : un club de Ligue 2 et 2 clubs de LFB, dont l’ESBVA-LM évidemment ! Mais Stecy, qui a soif de défis et avait longtemps entendu beaucoup de bien de Villeneuve d’Ascq, a donné son accord pour nous rejoindre l’été dernier, dans le but de passer encore un cap.

En arrivant à Villeneuve d’Ascq, Stecy MONTABORD, 198 cm sur la toise, avait toutes les cartes en mains pour intégrer notre club, où elle savait qu’il y régnait depuis bien longtemps une ambiance très familiale, une entraide perpétuelle et surtout des supporters à 300% derrière leurS équipeS… et le pluriel est de mise puisqu’il n’est un secret pour personne de dire que le public du Palacium ne fait pas de distinction quand il s’agit de soutenir les U18, les U20 ou le groupe professionnel. C’est donc heureuse mais aussi et surtout déterminée qu’elle nous a rejoint l’été dernier en provenance des Vosges, où sa maman et son beau-père ont emménagé il y a quelques années.

Et là, c’est le drame ! Nous sommes début septembre, au moment où la rentrée des classes et des parquets a sonné. Comme lors de chaque début de saison, les joueuses, qu’elles fassent partie du groupe professionnel ou du centre de formation, doivent passer une visite médicale pour vérifier que l’été n’a pas laissé de trace et surtout qu’elles sont toujours aptes au service avec des tests à l’efforts et des tests cardiaques. Mais pour Stecy, c’est une grosse désillusion à laquelle personne ne s’attendait. Les médecins qui lui faisaient passer les examens de rigueur lui ont annoncé qu’elle souffrait d’un problème cardiaque qui affectait la communication interauriculaire, couplé à un retour veineux partiellement anormal (RVPA). Imaginez-vous, une jeune fille de 18 ans, promise à un avenir assez sérieux de basketteuse professionnelle, à qui l’on annonçait qu’elle allait devoir être opérée assez rapidement à cœur ouvert. Il n’en faudrait pas beaucoup plus pour voir le ciel vous tomber sur la tête, et même en mesurant près de 2 mètres, ça fait encore de la distance, n’est-ce pas ? A cet instant, notre jeune intérieure s’est sentie totalement inerte et ne réalisait pas encore la gravité de la maladie qu’on venait de lui annoncer au sein du Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille.

Dès lors, en attendant une intervention chirurgicale qui allait intervenir quelques semaines plus tard, la moindre activité physique était complètement proscrite car, couplée à la prise de médicaments anticoagulants, elle aurait pu avoir des conséquences vitales. Après la première intervention, et quelques complications, Stecy a encore dû patienter une longue période avant d’exercer le moindre sport. Mais elle et son entourage commençaient à réaliser la chance d’avoir été dépistée à temps et ainsi évité un drame qui aurait pu intervenir à chaque instant. Le staff médical lui avait sauvé la vie !

En parallèle, le terrain lui manquait et Stecy allait donc rendre visite à ses partenaires au Palacium mais elle reconnait aujourd’hui que ça n’était pas forcément la meilleure idée qu’elle ait pu avoir parce que le fait de retrouver un terrain de basket la déprimait car en voyant les Guerrières s’entrainer, elle se sentait littéralement inutile.

Une fois qu’elle a pu arrêter son traitement et obtenu le feu vert des médecins, elle a pu retrouver les kinés du clubs, Jérôme et Alexandre, pour s’adonner très progressivement à des séances d’abdominaux, de gainage et à des exercices musculaires très légers. Le staff médical lui a conseillé de se rendre dans le centre de réadaptation cardiaque de La Mitterie, à Lomme, ce qu’elle a donc fait mais au bout de 3 jours, nouveau coup d’arrêt car elle était cette fois victime d’un épanchement cardiaque. Dès lors, la jeune femme a dû suivre un nouveau traitement médicamenteux pendant un mois. Au terme de ce mois, alors qu’elle était prête à reprendre une activité physique, toujours avec parcimonie évidemment, elle a été stoppée une nouvelle fois dans son élan, non pas à cause d’une nouvelle complication mais suite aux mesures de confinement.

Dans ces conditions, un retour chez sa mère et son beau-père dans les Vosges était une évidence, Stecy était dès lors contrainte de concocter ses propres exercices d’entraînements et de remise en forme. Elle a ainsi pratiqué de la zumba mais aussi du shadow boxing (comprenez la boxe sans aucun adversaire en face), de la marche rapide autour de son domicile. Et comme on peut s’en douter, l’annonce du déconfinement n’a pas beaucoup concerné notre joueuse puisqu’elle est désormais considérée comme un sujet à risque compte tenu de sa pathologie cardiaque. Dès lors, elle a été de nouveau hospitalisée à Lomme pour poursuivre sa rééducation. Et ces 2 semaines lui ont permis de retrouver un rythme de vie encore un peu plus normal puisqu’elle peut désormais faire davantage de musculation et de course à pied.

Partenaires officiels