Rachid MEZIANE : "Parler de Villeneuve d'Ascq au futur"

13 juin 2020

Notre coach Rachid MEZIANE revient sur la saison qui vient d'écouler mais aussi sur la prochaine et surtout sur l'avenir !

 

Tout d’abord, comment vas-tu ainsi que ta famille ? Comment avez-vous vécu cette période de confinement ?

Ça va bien merci ! J’essaye d’optimiser ce temps là même si c’est très particulier d’avoir un break aussi long (arrêt du championnat/ JO de Tokyo différés). En revanche, cela me permet d’être un père et un mari plus présent. Mais le contact avec les joueuses, les dirigeants et les supporters commence à manquer. Le terrain, le coaching me manquent également. Lorsque l’on fait ce métier, on le fait avec passion alors rester aussi loin des terrains me perturbe.

 

Sur le plan sportif, la saison a été particulière également. Quel bilan en fais-tu ?

Si on avait pu terminer la saison, je pense qu’on aurait pu tirer un bilan plus positif parce que à la 16ème journée de championnat, on avait déjà vécu le plus dur dans la physionomie de notre calendrier. La dernière partie de saison nous aurait permis de gagner des matchs, donc des points et de ce fait, peut être des places au classement.

Néanmoins Nous terminons quand même 7èmes ex-aequo du championnat, nous atteignons notre objectif avec une qualification en Eurocoupe, cela reste un résultat satisfaisant.

Retenons que nous avons démarré la saison avec 5 des 6 premiers matchs à l’extérieur avec une absence assez importante d’une joueuse majeure de notre dispositif, celle de Kariata DIABY. On a eu du mal à la remplacer puisqu’il y avait peu de bonnes joueuses disponibles sur le marché et dans notre budget à cette période. Rachel HOLLIVAY dans un premier temps qui ne nous a pas donné satisfaction puis Regan MAGARITY. Regan commençait à trouver de mieux en mieux ses repères et aurait été un peu plus performante sur cette dernière partie de championnat.

Sur une saison que je qualifierai de transition me concernant, c’était quand même un vrai défi de faire ce qu’on a fait dans ces circonstances, avec un groupe fortement remodelé et une exigence que l’on a à l’ESBVA-LM. Les play-downs la saison dernière dont il fallait se relever... Je suis donc satisfait de la saison, je l’aurais été encore plus si on avait pu la finir car le groupe montait en puissance. Sur les derniers matchs, on jouait les yeux dans les yeux contre les grosses écuries de la Ligue Féminine comme Lyon, Bourges, etc...

 

L’objectif de retrouver la coupe d’Europe est atteint, on imagine que c’est une certaine fierté pour ton staff et toi. Quels sont désormais les objectifs du club pour la saison prochaine ?

L'ESBVA-LM est un club qui a toujours eu de l’ambition, qui a toujours fait partie du haut de l’affiche. Les ambitions sont donc de retrouver les hauteurs de la LFB c’est-à-dire être dans les 5 premiers. Et en recrutant une bonne dernière joueuse sur le poste 3, cet objectif de résultat sera à notre portée afin de redorer le blason de Villeneuve d’Ascq après les bilans mitigés des 2 dernières années. En Eurocoupe, sortir des poules avec le meilleur ranking possible pour avoir l’avantage du terrain le plus longtemps possible sur les phases finales.

 

Même si, pour l’heure, l’effectif n’est pas encore tout à fait finalisé, peux-tu nous présenter ton groupe ?

En ce qui concerne le secteur intérieur :

Avec le retour de Kariata DIABY, considérant son long interlude, il nous fallait une intérieure d’expérience pour ne pas mettre trop de pression à Kariata dès le début de saison. Et lui permettre de revenir à son meilleur niveau. Nous avons recruté Une joueuse capable de sortir du banc comme de démarrer les parties, en la personne de Djéné DIAWARA. On connaît sa valeur, elle est expérimentée, très bon défenseur, se nourrit de rebonds offensifs pour marquer des points. C’est une joueuse d’équipe, qui exprime beaucoup de combativité dans son jeu.

On voulait aussi rajeunir l’effectif et penser au futur de l’ESBVA-LM. Assez tôt, on s’était positionné sur le recrutement de Clarince DJALDI-TABDI sur le poste 4 avec la perspective de travailler pour la basculer sur le poste 3 par la suite. C’est le projet qu’on peut avoir pour elle. C’est une fille qui va aussi nous apporter beaucoup d’énergie, d’agressivité dans ses attaques en dribble avec sa « patte gauche ». Elle a soif d’apprendre et avait besoin, dans son plan de carrière, de venir dans un club comme Villeneuve d’Ascq. On est donc contents d’avoir une joueuse comme Clarince sur qui, j’espère, on pourra aussi compter pendant quelques années.

Notre secteur intérieur a été bouclé avec le renouvellement du contrat de Courtney HURT. Elle a démontré qu’elle montait en puissance. Elle a été très régulière dans ses performances ces dernières années en LFB et en compétitions internationales.

Chez les joueuses extérieures, on a enrôlé Janelle SALAUN, qui vient de Charleville-Mézières comme Djéné, toujours avec une stratégie de rajeunir l’effectif. C’est une joueuse avec un fort potentiel sur le poste 3/2, très longiligne, très technique pour son gabarit. Elle est là pour apprendre tout en ayant un terrain d’expression sur le parquet. Elle sera un très bon « back-up » de notre poste 3. C’est une fille qui va énormément progresser ces prochaines années.

Notre capitaine Jo GOMIS, que vous connaissez très bien, reste parmi nous. C’est une valeur sûre sur le poste 2 et je lui souhaite déjà de réitérer ses performances de cette saison la saison prochaine.

On comptera toujours sur Zoé WADOUX qui, malheureusement, a eu des difficultés physiques cette saison, suite à une intervention chirurgicale l’été dernier au niveau de la cheville. Elle a dû faire face à pas mal de complications, qui ne lui ont pas permises de jouer à sa pleine mesure cette saison. En cours de saison, on a décidé de tout mettre en œuvre pour qu’elle se soigne et qu’elle corrige les soucis physiques qu’elle avait. C’est ce qu’elle a fait puisqu’elle s’est fait opérer la semaine dernière afin de retrouver les conditions physiques les plus optimales possibles pour la saison prochaine. A l’image de Janelle, de Clarince, ce sont des filles avec qui on veut construire sur la durée pour qu’on parle de Villeneuve d’Ascq au futur.

On retrouvera également la fantasque Lisa BERKANI, 23 ans. Elle m’a montré par intermittence qu’elle pouvait être une très forte joueuse. La saison prochaine, j’attends d’elle qu’elle soit plus régulière afin d’aider l’équipe à plus performer.

Afin d'apporter une vraie complémentarité à toute cette jeunesse et à ce poste de jeu, nous avons décidé de chercher une meneuse expérimentée. Aujourd’hui, on est donc très satisfaits d’avoir mis la main sur Sandra YGUERAVIDE, internationale espagnole, qui connait les joutes européennes depuis maintenant quelques années. Elle a remporté l’Eurocoupe avec Orenbourg et a participé à l’Euroligue avec certaines équipes au sein desquelles elle a évolué. Elle va nous apporter beaucoup de maturité, la science du jeu. C’est une très bonne passeuse, qui connait très bien le basket. C’est vraiment le profil de joueuse qu’on cherchait : capable de faire jouer son équipe mais aussi de prendre ses responsabilités. C’est important d’avoir une joueuse de ce calibre et de ce niveau-là pour pouvoir bonifier nos joueuses intérieures parce que j’estime qu’on a un secteur assez intéressant.

Il y a aussi Binta DRAME qu’on avait ciblé assez tôt dans la saison mais à l’époque, on cherchait à recruter une meneuse expérimentée en sachant qu’on avait Jo GOMIS qui nous fait encore une très bonne saison et Zoé WADOUX qui va revenir dans de meilleures conditions. Du coup, le volume de jeu qu’on allait proposer à Binta sur la saison prochaine n’était pas suffisant à mon sens pour qu’elle continue à progresser et à s’aguerrir. Dans la présentation du projet que j’ai pu lui faire, l’idée était de la faire signer pour lui montrer qu’on comptait sur elle pour parler de Villeneuve d’Ascq au futur. Pour une première année, plutôt que de la positionner en bout de banc, nous avons (avec ses conseillers) préféré lui proposer de la prêter à un club de Ligue 2, choisi intelligemment, pour qu’elle soit dans un bon projet de cette division. Le but est qu’elle puisse jouer, s’exprimer, développer ses habilités, apprendre et se perfectionner avant de nous rejoindre sur la saison 2021-2022. C’est un poste 2-1, scoreuse qu’on va surveiller la saison prochaine. Elle viendra participer à notre préparation en début de saison et s’entraîner avec notre groupe professionnel lors des fenêtres internationales. Mais le choix a donc été de la prêter cette année pour qu’elle puisse vraiment s’aguerrir au moins une année en Ligue 2.

 

Il y a quelques jours, tu as été désigné Coach de l’Année par le public qui suit le site WeBasket.TV. Qu’est-ce que cette récompense évoque pour toi ?

C’est toujours gratifiant d’être reconnu. Cela prouve que j’ai un peu de popularité (rires). On fait un métier de « cinglés » donc chaque chose positive qui se présente, il faut savoir la réceptionner et la savourer. Ca prouve le capital sympathie que nous avons pu dégager avec mon équipe et je pense que c’est important pour un coach de pouvoir compter sur cette qualité-là. Merci à toutes les personnes qui ont pu voter pour moi et permis d’obtenir cette distinction !

 

Pour conclure, as-tu un message à faire passer à nos supporters ?

Nous sommes déçus de ne pas avoir pu finir cette saison car encore une fois, ce groupe montrait un meilleur visage sur cette fin de championnat et nous aurions démontré nos progrès et de belles choses sur les playoffs. Je suis impatient de retrouver nos fans, nos z'Hurlants dans un Nouveau Palacium. 

On vous espère encore nombreux la saison prochaine, tous en pleine forme et en bonne santé.

Prenez soin de vous, Restez fidèles à nos Guerrières (de loin et avec un masque !!) et ne changez rien parce que vous êtes le meilleur public de France !

 

 

Crédit photo : Bièrenard Photographie

Partenaires officiels