Portrait - épisode 2: Hélène JAKOVLJEVIC

27 octobre 2018

Benjamine de l’équipe, Hélène JAKOVLJEVIC entame cette année sa 1ère saison sous contrat professionnel.

Issue du Centre de Formation, c’est donc un pur produit de l’école villeneuvoise qui intègre l’équipe première.

ESBVA Com’: Bonjour Hélène ! Te voilà lancée dans ta 1ère saison en tant que professionnelle, pour celles et ceux qui ne t’auraient pas suivie en catégorie « Jeunes », peux-tu te présenter en quelques mots (D’où tu viens ? Pourquoi le basket ? Depuis combien de temps cette passion ?) ?

Hélène JAKOVLJEVIC: Le basket, c’est toute ma vie ! Depuis l’âge de 4 ans, je baigne dedans. Je suis issue d’une famille de basketteur. Mes parents pratiquaient ce sport tous les deux et ils m’ont très vite encouragé. J’ai commencé à jouer près de chez moi, à Richwiller et à Wittenheim, puis j’ai intégré le pôle Espoir de Strasbourg, avant de passer une année à l’INSEP.

Ensuite, en 2016, j’ai rejoint Villeneuve d’Ascq pour intégrer le centre de formation. Et depuis, j’y ai franchi des étapes importantes.

Mon poste de prédilection est le poste 1, même si je sais m’adapter aux demandes du coach, pour répondre à l’intérêt de l’équipe. Aussi, j’évolue aussi bien au poste 2.

E.C’: Tu entres donc dans le groupe pro, cette saison. Comment vis-tu ce passage vers le très haut niveau ? Comment as-tu vécu la saison dernière ?

HJ : Sur le plan relationnel, pour avoir déjà côtoyé l’équipe première et certaines joueuses l’an passé, le changement a été fort peu important. Je peux même dire que c’est un petit changement pour moi. Après, le fait de signer un contrat professionnel te fait changer de statut : tu es reconnue et, dans le même temps, tu dois prouver que tu mérites la confiance que te fait ton staff et ton club.

La saison passée me sert aussi. Puisque j’étais dans le groupe et que je pouvais déjà observer et comprendre le comportement d’une joueuse professionnelle, tout en participant aux rencontres et en étant, moi aussi, mise en situation dans des matches de haut niveau.

E.C’: En tant que benjamine du groupe, te sens-tu observée ou, au contraire, libre dans ton jeu ?

HJ : C’est vrai que je serai, cette année encore, la plus jeune de l’équipe. Les filles m’encouragent, me conseillent, et c’est important de se sentir soutenue. J’ai le droit à l’erreur, même si je sais qu’au niveau professionnel, il vaut mieux les éviter : ça peut se payer « cash » pour l’équipe. Les encouragements que je reçois sont importants et m’aident à progresser. Ça aussi, c’est important !

E.C’: Comment as-tu préparé cette saison pendant l’été ? As-tu agi différemment des saisons précédentes ?

HJ : Sur le plan de la préparation, pendant l’été, j’ai continué comme les années précédentes. En plus, le championnat d’Europe avec l’équipe de France m’a obligé à rester dans le rythme. Comme tous les ans depuis que je joue au basket, ma priorité reste le basket !

L’été aurait été un grand bonheur si, avec les Bleuettes, on avait pu décrocher une médaille. Ce ne fut pas le cas, malheureusement (Hélène et ses coéquipières ont fini 7ème de cette campagne– NDLR).

Avant de replonger dans la préparation de la nouvelle saison, j’ai eu l’opportunité de couper pendant 10 jours. Ça m’a fait du bien, tant physiquement que mentalement !

E.C’: Et sur la préparation d’avant saison, justement, physiquement, comment te sens-tu ?

HJ : J’ai des bonnes sensations. Certes, la reprise a été un peu difficile : il faut se remettre en route. L’essentiel est de ne pas avoir de pépin physique. Pour le reste, ça devrait suivre !

La préparation a été dense et on a beaucoup travaillé. Je pense trouver mes marques rapidement.

E.C’: Entre entraînements intensifs et vie personnelle, comment parviens-tu à concilier tes différents objectifs ?

HJ : Après mon bac décroché en juin, je suis entrée à la fac de Lille, en STAPS. En tant que joueuse de haut niveau, je bénéficie d’horaires aménagés. Les cours sont allégés et je bénéficie d’autorisation d’absence pour participer aux entrainements et aux compétitions. J’avoue qu’en ce moment, ma vie s’articule autour du basket et des études.

E.C’: Pour la saison qui s’annonce, comment vois-tu ton rôle au sein de l’équipe ?

HJ : Mon rôle sera avant tout celui de joker. Lorsque le coach me demande d’entrer sur le terrain, j’y apporte toute mon énergie défensive. J’amène également toutes les qualités dont je dispose, même si je sais que je dois encore progresser dans les domaines de jeu, notamment le shoot, pour scorer plus.

E.C’: Quelles sont tes ambitions personnelles ? Quels objectifs te fixes-tu avec l’équipe ?

HJ : Personnellement, je souhaite avant tout gagner du temps de jeu, être appeler régulièrement sur le terrain. Ensuite, je vais mettre l’accent sur mon renforcement physique. Je dois gagner dans ce domaine là, pour être plus efficace et endurante sur la durée d’un match. Enfin, continuer à progresser dans un rôle de meneuse, pour épauler mes coéquipières.

Sur le plan collectif, j’espère, bien sûr, gagner un titre, être dans le top 4 et réaliser une bonne saison en coupe d’Europe. L’équipe est complémentaire et c’est encourageant pour la suite. Il y a déjà une bonne cohésion entre nous. La prépa a été intense mais collectivement, l’équipe est déjà plutôt opérationnelle.

E.C’: En dehors du basket, quelles sont tes passions ?

HJ : En dehors du basket, qui est ma vraie passion, une fois les cours de la fac ajoutés, j’avoue qu’il ne me reste plus beaucoup de temps pour d’autres activités. Aussi, je profite de mes instants de temps libre pour partager des moments en famille (en retournant chez mes parents par exemple). J’aimerai bien aussi réussir à passer le permis de conduire… (rires) !

E.C’: Comment te voient tes anciennes coéquipières des catégories « Jeunes » ? Es-tu à leurs yeux un modèle à suivre ? Et toi, as-tu un modèle qui t’inspire ?

HJ : Je garde des contacts avec les joueuses de ma catégorie d’âge du centre de formation. Je ne pense pas être un modèle. Je suis seulement l’exemple que le Centre de Formation peut mener au niveau professionnel. C’est vraiment une belle opportunité que m’a donné le club : démarrer une carrière dans son club formateur, je trouve ça motivant et encourageant.

S’agissant de mes modèles, Tony PARKER, Milos TEODOSIC et Ana DABOVIC sont des personnes qui m’inspirent, par leur jeu et le basket qu’elles représentent.

E.C’: Pour conclure, que faut-il te souhaiter pour cette saison 2018/2019 ?

HJ : Beaucoup de victoires !! … Un titre, ça serait génial ! Et surtout, une bonne santé physique qui m’épargnera les pépins et les blessures.

E.C’: Merci Hélène pour ta disponibilité ! A très bientôt sur le terrain !

 

PORTRAIT CHINOIS : Hélène, si tu étais…

Un animal : un tigre…

Un sport : le basket !

Un lieu : chez mes parents !

Une plante : joker !

Un plat : une spécialité alsacienne, les spätzles

Une chanson : de tout… toutes les musiques du moment !

Un moment de la journée : le soir, en rentrant de l’entrainement…

FOCUS :

Hélène a démarré le basket en Alsace, sa région d’origine, avant d’intégrer le Centre fédéral en 2015 et de rejoindre le Centre de Formation de l’ESBVA. Elle signe cette année son 1er contrat (d’une durée de 3 ans) chez les Pro.

Elle fréquente déjà l’équipe de France, puisqu’elle a été médaillée de bronze à l'Euro U16 (en 2016), puis médaillée de bronze à l'Euro U18 (en 2017) et a donc participé à la campagne 2018.

Partenaires officiels