Kariata DIABY : "Rien n'est impossible quand on veut"

29 janvier 2020

Toujours en rééducation et plus précisément en phase de réathlétisation après sa grave blessure au genou l'été dernier, notre intérieure Kariata DIABY a donné de ses nouvelles !

 

Tu effectues ta dernière semaine de rééducation dans le très renommé centre de Capbreton. Comment te sens-tu physiquement ? Dans quel état d'esprit es-tu ?

Oui effectivement, je suis revenue à Capbreton. Le décor paradisiaque de la côte landaise pourrait laisser croire que je suis en vacances, mais détrompez-vous : je suis ici pour commencer ma réathlétisation. Pour l’instant, tout se passe très bien. Physiquement, je vais bien. Je me sens prête à franchir ce palier difficile. Je tiens à remercier les services médicaux, les kinésithérapeutes et tous ceux qui les entourent et qui m'ont soutenu depuis de longs mois, de Villeneuve à Capbreton. Grâce à eux, la guérison avance bien et je suis dans les temps. Je pense positivement à tout ce que je fais, surtout le travail à accomplir, car je suis consciente que c'est un passage obligé. Je veux rechausser mes baskets sur un terrain ! J'ai subi des tests de Biodex qui démontrent mon amélioration. Quoiqu'il arrive, je garde toujours le sourire... rien n'est impossible quand on veut. C’est ma devise, plus vraie encore aujourd’hui !

 

A quoi ressemble ton quotidien dans ce centre spécialisé ?

Je me lève tôt, à 7h30. Je prends mon petit déjeuner puis j'enchaine à 9h30, en salle avec les kinés. Je commence mon échauffement, puis le travail des appuis. Je parcoure un circuit training, en forme d'ateliers, axé uniquement sur ma jambe à rééduquer, pour retrouver toutes mes capacités. Ensuite, le préparateur physique s'occupe de la partie cardio/musculation/abdos/gainage et aussi du travail de cardio sur vélo. Enfin, direction la piscine, où je travaille sur mon genou avec des palmes. L'après-midi, j'effectue le même circuit ! En fin de journée, place à la récupération : en mode cryothérapie, piscine, sauna, hammam jacuzzi, appareils de massage... Tout ce qu'il faut pour être à 100%. Je ne chôme pas ! Le lendemain matin, je suis en plein forme. Et je recommence...

 

Une fois que tu seras de retour à Villeneuve d'Ascq, qu'est-ce qui t'attend dans les semaines à venir ?

Mon retour sur Villeneuve est déjà programmé avec les kinés, médecins et staff du club. J'aurai un préparateur physique à disposition, en même temps que les kinés, pour reprendre la suite du travail. On avisera ensuite avec les coaches quand j'aurai repris la course et on verra la suite de l'évolution. J'irai dire un petit bonjour aussi cet été, au AK Training Camp qui se tiendra à Nancy, fin juillet. C'est là où j'ai toujours réalisé mes préparations de saison. Cela me fera du bien tant physiquement que psychologiquement.

 

Peux- tu rassurer les supporters des Guerrières, quant aux prévisions de ton retour à la compétition ?

Pour l'instant, je ne saurais le dire précisément. Je prendrai mon temps pour revenir et ne pas précipiter les choses. Cela se fera avec l'accord médical, en fonction de mon évolution. C'est mon genou qui décidera ! Le médecin aura son mot à dire pour ma reprise, mais on ne va pas brûler les étapes. Ce n'est pas une blessure quelconque. Evidemment, je serais ravie que tout se passe très bien et mon souhait serait de reprendre le plus tôt possible. En bonne Guerrière, j'y crois !

Partenaires officiels