Focus sur l'Académie des Grandes avec Antonio DE BARROS

17 février 2020

Aujourd'hui, nous partons à la rencontre d'Antonio DE BARROS, qui nous parle de l'Académie des Grandes, dont il est responsable.

 

Depuis plusieurs mois, tu es en charge de l’Académie des Grandes, qui est une première dans le basket français. Peux-tu nous rappeler en quoi consiste cette tâche ?

J’interviens avec l’ensemble des joueuses Intérieures sur un travail personnalisé, spécifique et technique.

Les pros : Regan (189 cm), Christelle (195 cm), Fayzat (18 ans, 183 cm, espoir et pro), Kariata (194 cm, blessé, réathlétisation).

Les espoirs : Elaïni (18 ans, 187cm) et Stacy (18 ans, 198 cm, en convalescence)

Les U18 : Eloise (16 ans, 193 cm) et Eva (17 ans, 188 cm).

Le constat qui a été réalisé est que l’épanouissement personnel des jeunes adolescentes ou jeunes adultes de grande taille est très complexe puisqu’elles sont en décalage avec les jeunes de leur âge. « Un esprit d’une adolescente de 15 ans dans un corps en mutation d’une jeune fille de 25 ans. »

Cela demande donc un accompagnement scolaire et psychologique très adapté.

L’éclosion physique est donc appréhendée différemment chez ces jeunes, cela demande également un accompagnement médical plus soutenu et une préparation physique spécifique.

La maîtrise technique est aussi de par ce poste de « joueuse intérieure » plus tardif et très spécifique, d’où un travail très adapté.

A l’instar de ce qui se fait dans le football avec des écoles de Gardien de But, des entraîneurs spécifiques pour les avant-centres ou encore des entraîneurs en rugby spécialisés pour les buteurs, l’ESBVA-LM a décidé d’être précurseur en France et en Europe en lançant cette Académie des Grandes.

Le recrutement a été très ciblé pour nos équipes notamment en U20, U18 en les intégrant dans notre centre de formation et il le sera encore plus pour les futures promotions.

Nous proposons ces actions pour les aider à atteindre les objectifs du club pour les plus jeunes et ainsi appréhender les exigences du haut niveau. Pour les joueuses confirmées c’est plus un travail de perfectionnement individuel, un accompagnement vidéo sur les matchs, et enfin un travail spécifique suivant la commande du coach. 

Nous possédons un très bon réservoir de talent sur ces postes de jeu, cette Académie est un outil indispensable pour les préparer à intégrer le monde professionnel.

 

Quelles évolutions as-tu pu constater depuis que les intérieures du club travaillent à tes côtés dans le cadre de cette Académie ?

On a pu observer une réelle progression de Christelle Diallo, elle stabilise ses performances de manière concrète. Voilà pour les pros puisque Kariata Diaby est toujours blessée et Stecy Montabord se remet tout doucement de sa convalescence de ses 3 opérations et reprendra les entraînements individuels très prochainement. Regan Magarity vient, quant à elle, d’arriver.

Concernant les plus jeunes, Eloise, Eva et Elainie montrent de réelles capacités à jouer près du cercle. Ces joueuses travaillent quotidiennement pour franchir les objectifs fixés par l’ensemble du staff (Rachid, Ljuba, Kévin, Fred et moi-même).

Christelle DIALLO et Antonio de BARROS ©ESBVA-LM

Comment se déroule une séance type d’entraînement au sein de l’Académie des Grandes ?

Mes interventions se décomposent en 2 types :

Premièrement, lors des séances individuelles à hauteur de 3 fois par semaine pendant 1 heure soit un total de 3 heures par semaine. Nous mettons l’accent sur les objectifs fixés avec le staff et les joueuses.

Deuxièmement, lors des échauffements spécifiques des intérieures où nous travaillons sur les schémas de match en relation avec les systèmes de notre équipe. Cela permet de transposer les fondamentaux dans le collectif.

De plus, lors des trêves, nous réunissons les joueuses intérieures du centre de formation pour travailler avec les joueuses professionnelles afin de permettre aux plus jeunes de se confronter à l’exigence du monde pro.

Christelle DIALLO, Stecy MONTABORD et Antonio de BARROS © ESBVA-LM

Sur quels axes doivent-elles encore travailler ?

Le travail des grands gabarits est un travail long, chaque joueuse rentre dans un processus individuel qui prend plus ou moins de temps en fonction de chaque personne. L’évolution d’une joueuse n’est pas comparable d’une joueuse à l’autre.

Pour certaines, il faudra plus de temps et pour d’autres, cela ira plus vite. Au final, je dois individualiser le travail pour que chaque joueuse ressente pleinement l’évolution de son potentiel. Nous essayons de se fixer des objectifs à court terme avec chaque joueuse, afin de visualiser l’évolution individuelle.

Stecy MONTABORD et Antonio de BARROS ©ESBVA-LM 

Comment vois-tu l’avenir de cette structure ?

C’est une première en France d’avoir une Académie des Grandes, le club a mis des moyens financiers et humains pour cette opération. Nous avons la volonté d’améliorer encore le processus de cette Académie dans les années à venir.

De plus, les retours de Stecy et de Kariata la saison prochaine, vont nous permettre de mettre encore plus en valeur le travail effectué par tous les acteurs de ce projet.

 

Comment le club compte-t-il attirer de futures intérieures à venir travailler au sein de l’Académie des Grandes dans les prochaines années ?

Il y a beaucoup de concurrence sur le recrutement des joueuses de grand gabarit, nous travaillons avec l’ensemble du staff et les différentes connexions que nous avons. Aujourd’hui, l’évolution dans le jeu de Christelle, la progression de Fayzat et l’éclosion offensive d’Eloïse nous permettent de proposer un travail cohérent et personnalisé aux grandes. Nous savons tous qu’il faut beaucoup de patience et de travail répétitif. Aujourd’hui, la structure est en place et le club met les moyens pour réussir et je suis persuadé que les fruits du travail commencer sera récompensé.

Partenaires officiels