Episode #7 - Magic Magali !

30 novembre 2018

Nouvelle venue pour cette saison à l’ESBVALM, Magali MENDY rejoint le Nord ! A l’occasion de son arrivée dans notre club, nous sommes allés à sa rencontre pour mieux la connaître. Rencontre avec une basketteuse globe-trotter.

ESBVA Com’: Bonjour Magali ! Bienvenue à l’ESBVALM ! Heureux de te voir rejoindre les couleurs des Guerrières. Pour que l’on puisse mieux te connaître, peux-tu en quelques mots, nous dire qui tu es et d’où tu viens ?

Magali MENDY : Avec plaisir ! Magali MENDY, j’ai 28 ans, je suis originaire d’Orly. J’évolue au poste 2. J’ai commencé à jouer avec la balle orange vers l’âge de 8 ans et a réellement jouer au basket à l’âge de 10 ans. J’y suis arrivée grâce à des copines d’école qui m’ont amenée un jour à un entraînement. Je suis issue d’une famille sportive alors le sport, c’est dans les gènes ! Je suis partie au centre de formation de Reims à l’âge de 18 ans. C’était la saison 2008/2009 et c’est à partir de là que j’ai complétement plongée dans le basket de haut niveau.

J’ai joué en Ligue 2 avec Reims la saison suivante, avant de poursuivre à Le Pleyber Christ (le club de Landerneau aujourd’hui – NDLR) puis à Voiron. En 2013, j’ai rejoint Chartres, après une saison sans jouer suite à une blessure (rupture des ligaments croisé) (que Magali met à profit pour étudier – NDLR). Je suis resté 2 saisons avant de partir pour jouer en Allemagne (1 saison au club de Keltern) et de revenir à Chartres (à l’occasion de la saison 2016/2017) ! Enfin, la saison passée, j’ai joué pour le club espagnol d’Uni Gerona, ce qui m’a fait découvrir le niveau européen (en participant à l’Eurocup).

Et pour cette saison, je me suis engagée avec l’ESBVA-LM !

E.C’: Un parcours fort éclectique et qui démontre une envie constante de progresser ! Pour cela, t’es-tu inspirée de modèle ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire une carrière professionnelle ?

MM : Cela peut paraitre bizarre mais, en fait, je n’ai jamais vraiment eu de modèle, que ce soit en débutante ou, plus tard, dans les catégories supérieures. C’est plutôt des styles de jeu qui m’inspirent, un collectif plutôt qu’une individualité.

Pour la carrière, paradoxalement, c’est après mon intégration ratée au pôle que je me suis dit que le basket pouvait devenir mon métier. J’ai donc redoublé d’effort pour y parvenir.

E.C’: S’agissant de ton arrivée à Villeneuve, qu’est-ce qui t’a amené à signer chez les Guerrières ?

MM : A la fin de la saison dernière, j’ai eu plusieurs propositions, dont Villeneuve. J’avoue que lorsque le coach d’un club t’appelle pour te présenter le projet et te dire qu’il compte sur toi, ça fait plaisir. Et quand le président Scarna m’a également contacté, je me suis dit que Villeneuve d’Ascq était ma prochaine destination. Bien sûr, les attentes sont fortes et je travaille pour être à la hauteur de ces demandes. J’espère ne pas décevoir ceux qui m’ont fait confiance.

En plus, venir à Villeneuve, c’est l’assurance de progresser en jouant le Top 4 et une compétition européenne.

E.C’: A propos de Villeneuve, quelle image as-tu du club, de son environnement ?

MM : Déjà un public de feu ! Qui te pousse pendant 40 minutes et qui ne lâche pas son équipe. C’est important, en tant que joueuse, quand tu rentres sur le parquet, de savoir que la salle est derrière toi. C’est super motivant et ça donne une émulation positive à la rencontre.

Je sais aussi que le club a une histoire récente et qu’il faut continuer à l’écrire !

E.C’: Tu parles d’un public de feu. Cela te met-il une pression supplémentaire par rapport à tes performances, ton niveau de jeu ?

MM : Non ! Même si elle existe, la pression doit se contrôler. On doit être préparée, notamment avec des petites routines d’avant match. Il ne faut pas oublier que le basket reste un jeu et, surtout, qu’on ne peut pas être nul sur tout un match. Les passages difficiles existent, il faut les surmonter et repartir positivement !

E.C’: Sur et en dehors du terrain, comment se passe ton intégration ?

MM : Sur le terrain, mon intégration est facilitée par le fait que je connaissais déjà Shante (EVANS) et Mame ! Du coup, mon intégration s’est trouvée facilitée. Après, la présaison a permis à l’équipe de se connaître et de se construire.

En dehors du terrain, j’ai découvert la ville, je prends mes marques. Tout se passe plutôt bien. Même au niveau météo, je suis surprise en bien… je m’attendais à plus de pluie (rires) !

E.C’: En dehors du basket, quelles sont tes passions ?

MM : J’adore la mode et le shopping !! J’aime aussi beaucoup cuisiner. J’ai une formation dans ce domaine et travailler dans la restauration pourrait être une activité d’après-carrière.

E.C’: Pour conclure, que faut-il te souhaiter pour cette saison 2018/2019 ?

MM : Une bonne santé, en évitant les grosses blessures. Ensuite de continuer à gravir les échelons, continuer à grandir et aider le club à passer des caps sportifs !

Et un petit message « personnel » pour les Z’Hurlants : continuez à faire du bruit, à pousser l’équipe !

E.C’: Merci Magali pour ta disponibilité ! A très vite sur les parquets !

 

PORTRAIT CHINOIS : Magali, si tu étais…

Un animal : un chien… pour sa fidélité !

Un sport : l’athlétisme… c’est un sport qui m’intéresse et que je pratiquais avant le basket !!

Un lieu : l’Espagne… pour son côté accueillant et festif

Une plante : une rose !

Un plat : le tiepe

Une chanson : j’aime la musique en général, notamment le hip-hop et le R’n’B

Un moment de la journée : le soir… pour pouvoir souffler !! (Rires)

Partenaires officiels