Carmelo SCARNA : "Rentrer dans un Palacium rénové en étant Européens"

06 octobre 2019

Avec l’arrivée de Rachid MEZIANE sur le banc de l’équipe première, vous aviez parlé de la mise en place d’un nouveau cycle. Qu’entendez-vous par-là ? 
Je n’ai pas vraiment parlé d’un nouveau cycle mais d’une fin de cycle avec la sortie un peu prématurée de Fred DUSART. Aujourd’hui, avec Rachid MEZIANE, on repose les bases d’un travail qui, à mon avis, doit se faire sur 3 ans. Trois saisons, c’est souvent le temps qu’on s’est donné avec l’ancien entraîneur pour aller chercher une coupe d’Europe et un titre de champion de France. 

En tant que Président de l’ESBVA-LM et après un exercice 2018-2019 compliqué sportivement, avez-vous désormais une vision de l’avenir sur le court ou le long terme ? 
La saison dernière, le but était d’abord de sortir de la relégation. Ce qui est clair, c’est que sur les 3 prochaines saisons, on pourra construire différemment avec un Palacium rénové et une équipe qui a été renouvelée à 80%. 

Clairement, quel est l’objectif affiché pour la saison 2019-2020 ? 
Ce qui est clair et net dans mon esprit mais aussi dans celui du Manager Général et du coach, c’est qu’on se doit de rentrer dans un Palacium rénové en étant Européens. Pour moi, l’inauguration du Palacium en octobre ou novembre 2020 doit se faire en ayant récupéré une coupe d’Europe. Pour cela, il y a 2 solutions : d’abord le Top 6 en championnat et ensuite, la cerise sur le gâteau, ça serait la coupe de France puisqu’en étant finaliste ou vainqueur de cette compétition, ça peut même donner droit à une place en Euroligue. L’objectif affiché, c’est vraiment le Top 6. On veut aussi retrouver de l’envie, de la sérénité parce que c’est quand même ce qui nous a manqué la saison dernière. 

Une équipe professionnelle de haut niveau n’est pas grand-chose sans un bon centre de formation. Partagez-vous également ce sentiment ?
Cette vision du centre de formation, je l’ai depuis des années. Il faut reconnaître que l’un de nos anciens coaches, Abdou N’DIAYE, il ne s’intéressait nullement au centre de formation. Avec Fred DUSART, on avait commencé à poser les bases mais l’Euroligue lui prenait énormément de temps et d’influe. Désormais, avec l’arrivée de Christophe VITOUX, on a affiché clairement que ce centre de formation aujourd’hui doit être une pépinière de talents pour recruter nos Guerrières de demain. Oui, moi je veux que ce centre de formation soit enfin labellisé et qu’on ait envie, quand on est une gamine qui joue à Wasquehal, à Ronchin ou à Templeuve et qu’on a des capacités, on ne se pose pas la question : on doit venir à l’ESBVA-LM. 

Que pouvez-vous également nous dire sur la mise en place d’une structure aussi innovante que l’Académie des Grandes ? 
L’Académie des Grandes, elle a été imaginée par Christophe parce qu’au même titre que des gardiens de but dans le foot ont un entraînement spécifique, que des buteurs au rugby ont un entraînement spécifique, lui ancien entraîneur il estime à juste titre qu’il était utile que nos pivots aient un entraînement spécifique. D’où ce travail qu’il avait mis en place avec Ann WAUTERS et qui se continuera, je l’espère avec Ann et avec Antonio DE BARROS. Je suis persuadé qu’on verra très vite que ce travail avec l’Académie des Grandes. Avec Kariata DIABY (dont la saison est malheureusement terminée) mais aussi avec Christelle DIALLO et Stecy MONTABORD (quand elle sera revenue de son opération du cœur), il y aura un vrai travail de fond qui portera ses fruits, on en est tous persuadés. 

Vous pensez également beaucoup aux travaux de rénovation et d’agrandissement du Palacium. Pourriez-vous nous en dessiner les contours et définir les différentes étapes ? 
Pour ce fameux Palacium, Monsieur le Maire, le Président de la Métropole Européenne de Lille et le Conseil Régional via Florence BARISEAU se sont entendus pour qu’il y ait un montant de rénovation et d’extension de cette enceinte. On y travaille depuis près de 4 ans. Il va enfin voir le jour. Ca va nécessiter un peu plus d’un an de travaux : les travaux extérieurs ont démarré tandis que les travaux de rénovation intérieure devraient démarrer mi-mai 2020 jusqu’à, on l’espère, fin septembre. De toute façon, il est prévu que la saison prochaine, on puisse débuter dans la salle. S’il devait y avoir un problème, on s’organiserait très vite pour aller jouer dans les salles aux alentours. 

Quel message voudriez-vous transmettre aux supporters des Guerrières ? 
Je l’ai dit lundi dernier lors de la présentation aux partenaires mais aussi samedi matin lors de l’Assemblée Générale des z’Hurlants : on a une chance extraordinaire à l’ESBVA-LM d’avoir un club des supporters comme les z’Hurlants mais aujourd’hui, ça ne doit pas s’arrêter qu’à eux parce que c’est une poignée de fidèles. Aujourd’hui, le travail du club est de continuer à fidéliser nos supporters et à remplir la salle. Il faut que les supporters d’un jour deviennent de vrais supporters durant toute la saison. On a une chance extraordinaire, dans le basket et à Villeneuve d’Ascq en particulier de voir que, même dans les moments difficiles comme la saison dernière, on a eu beaucoup de monde dans la salle. C’est désormais une nouvelle saison qui débute, les z’Hurlants sont tous bien concentrés et je reste persuadé qu’ils vont nous porter haut durant l’Open à Paris. Je le dis et le redis : l’ESBVA-LM a beaucoup de chance d’avoir un groupe comme les z’Hurlants.

Partenaires officiels